Vieux Vy sur Couesnon

Parler de Vieux-Vy-sur-Couesnon, c’est d’abord parler d’un paysage qui d’où que l’on vienne, Sens de Bretagne, Romazy, Fougères, Gahard, s’impose toujours au regard comme il le fit dans le passé.

Le Couesnon, la Minette, l’Aleron et même les petits ruisseaux qui les alimentent y font un découpage de vallées dont on saisi le panorama au détour des routes mais qui ne livrent vraiment leur pittoresque qu’au fil des chemins, passages et gués qui les relient entre elles. Le paysage de ce tronçon de la vallée du Couesnon est un confluent qui partage et creuse un socle boisé et rupestre.

En outre, c’est l’endroit décisif où l’on sait combien les rivières furent autant de frontières géographiques et historiques, où le Couesnon amorce son virage qui le conduira droit vers la mer, droit vers la baie du Mont St Michel. Les mots, bien sur amplifient les dimensions de ce qui n’est, somme toute, qu’une petite rivière sur une carte, mais le problème de la circulation et de la traversée de ce paysage se posa constamment à travers les âges, faisant de ce lieu beaucoup plus qu’une anecdote entre les pays de Rennes

et de Fougères ou entre la Normandie et les marches de Bretagne, ou entre L’Armorique du Nord et le Maine. Confluent, coude, passage, tel sont les caractéristiques de la vallée a cet endroit.

C’est aussi l’esthétique de ces contrées travaillées par le temps qui attira l’attention d’érudits, tel que Vigoland qui, au début de ce siècle, où le paysage gardait encore toute sa force sauvage, écrivait:
 » Ici la terre a une physionomie particulière que l’on ne retrouve pas dans les communes voisines. »

Nulle part aux environs, le pays n’est plus accidenté, la lande plus sauvage, et tout ce paysage est entrecoupé de bois, de prairies, de vallons de collines dont les teintes variées et les fines découpures sont un perpétuel ravissement. » Puissent-ils donc le rester!

Le défrichage aidant, le développement agricole s’est, plus que jamais confondu dans le panorama, mais le relief impose toujours sa loi et garde son charme aux vallées où élevage et culture s’harmonisent ainsi.

Le plateau à l’Ouest et au Sud Ouest large, linéaire, offre des étendues exploitables à une plus grande échelle que le découpage des vallées. Tant est si bien que venant de ce côté, il faut tomber sur le Couesnon pour en vérifier les effets et, pour ce faire, gagner déjà le bourg. Car le bourg joue le rôle de carrefour, distribuant l’accès aux différentes parties que le Couesnon, L’Aleron, la Minette délimitent.

L’histoire juridique a bien su coller a cette configuration.

 

%d blogueurs aiment cette page :